TOUS LES ARTICLES FILMS 90’s

Étrange 2014

Du jeudi 4 au dimanche 14 septembre aura lieu la 20ème édition de l’Étrange Festival, au Forum des Images de Paris. Plus d’une centaine de films seront diffusés et rediffusés pendant ces 10 jours. Voici les 15 plus salés à ne pas louper. (Le programme complet ici)

04/09
THE HUMAN TORNADO, Cliff Roquemore – 19h45

05/09
THE GO-GO BOYS, Hilla Medalla – 18h45

WHITE GOD, Kornel Mundrunczo – 19h30

LIRE LA SUITE

BRAT (1997)

Danila, ancien soldat en Tchétchénie, assiste à la décrépitude de la Russie post-URSS, 5 ans après la chute de l’empire. Rien à dire, rien à foutre. Il hait tout ce qui vient des USA, et surtout la musique, sa meuf du moment est d’ailleurs « chanteuse » de dance, alors que lui est branché sur Nautilus Pompilius, un groupe de rock russe qui constitue toute la bande-son surréaliste du film. Pas gagné. Malgré tout ça, Danila est extrêmement relaxe, voire même stoïque. Sa vieille mère le tanne, et il rend donc visite à son frère Viktor à Saint-Pétersbourg pour faire de l’oseil. Connu sous le blase « Le Tartare », Viktor est nettoyeur et ne fait jamais de bavure. Le cadet zone, zone dans la ville, et tombe fatalement dans la criminalité. LIRE LA SUITE

Mad Man

Mad Movies, Movies 2000, Impact, Ze Craignos Monsters, Metaluna Production, L’Affiche version Ghana… Toutes ces choses qui ont marqué cinématographiquement le pays proviennent de l’esprit de l’homme qu’on nomme Jean-Pierre Putters. 57 ans, toutes ses dents, Monsieur Mad revient à travers le gros livre « Mad… ma vie » (on reconnaît toujours cette fine frontière entre le génie du jeu de mot et la gaudriole gênante) sur sa vie placée sous le signe du fantastique. LIRE LA SUITE

Jean-Pierre Mocky: Machine à films

Il vient de sortir son XX film nommé « Le Mentor », il a encore quatre longs métrages dans ses tiroirs qu’il ne montre pas parce que ça le fait marrer, il reste prolifique dans une époque où la quantité a terrassé la qualité, il boit du lait de jument et peut tenir encore 50 ans «si son pancréas ne le lâche pas», et accessoirement, Mocky porte à merveille le nom d’une machine increvable destinée à percer les tranchées comme la bien-pensance… LIRE LA SUITE

LA BOUCHE DE JEAN-PIERRE (1997)

Qui donc se souvient du premier moyen-métrage de Lucile Hadzihalilovic sorti en 1997 ? Il n’aura pas eu la durée et la portée dont Carne a bénéficié (redécouvert en prequel de Seul Contre Tous), réalisé par son partenaire professionnel Gaspard Noé. Noé participe d’ailleurs aussi à La Bouche de Jean-Pierre et on peut donc dire que ces deux films courts, réalisés à 6 ans d’intervalle, proviennent du même esprit et du même objectif. From the mind of a terrorist !. LIRE LA SUITE

Brain Fade

« Nous avons besoin, de temps en temps, de catastrophes pour rompre cet incessant bombardement d’informations. […] Le flot ne s’arrête jamais, dit Alfonse. Mots, images, chiffres, faits, graphiques, statistiques, points, ondes, particules, taches. Seule une catastrophe peut attirer notre attention. Nous les désirons, nous en avons besoin, nous dépendons d’elles. LIRE LA SUITE

Clockwork Lemon

Walter Hill: Le Cinémâle

Walter Hill est un cinéaste à part dans le paysage américain. Ni classique, ni de seconde zone, Hill nage tranquillement entre deux eaux, celle du succès d’estime et celle de l’anecdotique. Walter Hill, ce n’est pas qu’un scénario pour Alien. C’est surtout un metteur en scène qui se maintient en dehors des modes depuis bientôt 40 ans, tel un franc-tireur non partisan. LIRE LA SUITE

BABY BLOOD (1990)